Casalez: laboratoire d’expérimentation du projet Deconnect!
22 janvier 2019
0

Le projet Deconnect : principe et timing

En ce début d’année 2019, Casalez a répondu à appel à projet émanant de la Région Occitanie/ADEME en partenariat avec ECOSEC, ECOFILAE, SURYA et Les jardins de Gally, afin de présenter un projet innovant (Économie Circulaire dans le bâtiment et les travaux publics en Occitanie) intitulé « projet Deconnect ! ». Ce dernier propose une démarche de végétalisation de murs (autour du bassin de baignade dans un premier temps) à partir de la récupération des déchets inertes générés par le chantier et le recyclage des eaux grises et urines récupérées par des toilettes à séparation.

Le projet, d’une durée de 18 mois à partir d’avril 2019, pourrait se dérouler en 4 phases :

  • Démarrage des travaux, destruction partielle du bâtiment existant et récupération des déchets inertes (25 m3 évalués à ce stade)
  • Phase de test sur plateforme hors sol afin de valider plusieurs prérequis avant le passage à l’échelle
  • Installation des infrastructures toilettes et systèmes de collecte eaux grises et urines
  • Démarrage premier test sur mur végétal
Principes du projet :
  • Réutiliser l’ensemble des déchets inertes de démolition comme substrat de mur végétalisé.
  • Irrigation des murs avec des eaux ménagères et des urines collectées séparément, déconnectant par même les habitant du tout à l’égout.
  • Analyse de la réduction de chaleur sur les façades grâce à l’évapotranspiration créé

Qui fera quoi ?

Casalez constituerait donc le terrain d’expérimentation et d’implantation grâce au chantier qui doit démarrer en 2019. Les quatre partenaires techniques se repartiraient les responsabilités suivantes :

ECOSEC : Pilotage des partenaires, spécifications techniques toilettes sèches et valorisation urines et fèces, implémentation, suivi du bilan environnemental et économique ainsi que la préparation à une mise sur le marché.

ECOFILAE : Etude amont des cycles de l’eau dans le bâtiment, installation du système de collecte et stockage eaux grises et eaux de pluie, ACV économique et environnemental, étude réglementaire, packaging pour une commercialisation du système globale.

SURYA : Etude du dispositif de capteur / station météo, Installation, plateforme de suivi, Développement d’un modèle numérique de simulation de l’effet de fraîcheur

Les Jardins de Gally : Spécialiste technique de 2 solutions : mur végétal / gabions et élaboration du protocole de test – Construction et installation des modules (150 m2 de façade et 15 m linéaires de gabions) – Maintenance une saison (août – novembre 2019) – Packaging pour une commercialisation du système globale

Les résultats attendus et bénéfices de ce projet hors-du commun

Ce projet s’accorde donc parfaitement avec la politique et les orientations de la Région Occitanie qui promeut en effet bec et ongles : l’adaptation au changement climatique, la gestion sobre, la valorisation in situ et écologique d’un maximum de déchets, le développement d’une économie locale, sociale, solidaire et collaborative, ainsi qu’évidemment les économies d’eau.

Un tel projet a des impacts plus ou moins visibles mais néanmoins réel sur les habitants et les riverains. Par exemple, Surya nous le démontrera sans doute au terme du projet, avec des graphiques et des chiffres compliqués : en créant un îlot de fraîcheur urbain (impact direct sur l’amélioration du confort extérieur et intérieur), le mur végétal entraîne une modification du microclimat local et une augmentation de la biodiversité sur le site (augmentation des insectes pollinisateurs et retour de leurs prédateurs, bref de toute une chaîne alimentaire pour l’instant affaiblie).

Inutile de dire que toute l’équipe de Casalez est hyper-enthousiaste d’avoir été choisi . Nous profitons d’ailleurs de cet article pour remercier chaleureusement Benjamin de la société Ecosec, pour cette opportunité et pour le gros travail sur cet appel d’offre. Maintenant on croise les doigts et on attend la réponse de la région!

 

 

  • Résultat #1 : Valorisation de l’ensemble des déchets inertes non dangereux générés dans la déconstruction du bâtiment (estimation de 25 m3)
  • Résultat #2 : Valorisation de l’ensemble des eaux ménagères (25 m3 / an), de l’ensemble des urines (400 l/an) générées par les habitants sur site et d’une partie des eaux de pluie collectées
  • Résultat #3 : Valorisation de l’ensemble des biodéchets générés par les habitants sur site dans les murs végétaux (110 kg /an)
  • Résultat #4 : Réduction de la consommation énergétique de climatisation du bâtiment grâce au rafraîchissement des parois par évapotranspiration
  • Résultat #5 : Augmentation de biodiversité sur site
  • Résultat #6 : Amélioration du bien-être des habitants au contact de ces parois végétalisées