Déconstruire pour mieux construire
24 août 2020

Casalez étape 1 du chantier : la déconstruction

Tout est affaire de cycle… Première étape de la sortie de terre de Casalez : la déconstruction. Pour aider notre coopérative d’habitants à limiter au maximum l’impact sur l’environnement de la démolition de la maison existante, nous avons choisi de nous associer aux services d’un assistant à la maîtrise d’ouvrage. C’est la toute jeune société créée par Yves-Alain Lienard* qui nous accompagne dans la démarche. MRBC, (Montpellier re-building center), c’est son nom. Il est venu sur les lieux, samedi 22 août, accueilli par quelques coopérateurs pour l’aider dans sa mission de valorisation.

 

La démarche consiste :

  • à faire l’inventaire et caractériser chaque matériau et élément de la maison (tuiles, poutres, fenêtres, portes, équipements électriques…) ;
  • proposer un schéma global qui comprend des pistes d’exutoires des différents matériaux ;
  • nous accompagner dans la phase administrative de justification de ces réemplois (documents Cerfa), car tout maître d’ouvrage est tenu de justifier l’évacuation de ses déchets de chantier dans les bonnes filières de revalorisation.

 

Une déconstruction est en effet un projet économique en soi. Soit nous payons les entreprises de démolition qui achemineront elles-mêmes les matériaux vers les bonnes filières de revalorisation. Soit nous cherchons au maximum à réemployer les matériaux sur place. C’est le cas des tuiles qui pourront être concassées, broyées et réutilisées en remblai, gabions. Nous pouvons aussi viser le réemploi d’autres éléments (fenêtres, portes, poutres…) par d’autres bénéficiaires. Un certain nombre de ces éléments pourraient trouver une nouvelle vie dans les locaux d’Ecosec, installé sur le site de production électrique par panneaux photovoltaïques du Mas Dieu à Montarnaud. D’autres équipements, tels les panneaux solaires de production d’eau chaude de l’actuelle maison, pourront aussi être revendus. Les scenarii sont multiples et s’adapteront au mieux, compte tenu de leur état et des « exutoires » intéressés.

L’objectif de la démarche, rappelons-le, vise à limiter les impacts environnementaux du cycle de vie de chacun des matériaux, et contenir au maximum les coûts de cette phase de démolition.

 

 

* Yves-Alain Lienard présidait, jusqu’il y a peu, Enercoop Languedoc-Roussillon.

Son contact : http://www.mrbc.fr/